Au printemps des monstres, Philippe Jaenada

Lu sur Kindle, 14€ 99, 752 pages, Editions Mialet Barrault, août 2021, #rentreelitteraire2021

Présentation de l’éditeur :  

« Ce n’est pas de la tarte à résumer, cette histoire. Il faut procéder calmement. C’est une histoire vraie, comme on dit. Un garçon de onze ans est enlevé à Paris un soir du printemps 1964. Luc Taron. (Si vous préférez la découvrir dans le livre, l’histoire, ne lisez pas la suite : stop !) On retrouve son corps le lendemain dans une forêt de banlieue. Il a été assassiné sans raison apparente. Pendant plus d’un mois, un enragé inonde les médias et la police de lettres de revendication démentes, signées « L’Étrangleur » ; il adresse même aux parents de l’enfant, horrifiés, des mots ignobles, diaboliques, cruels. Il est enfin arrêté. C’est un jeune homme banal, un infirmier. Il avoue le meurtre, il est incarcéré et mis à l’écart de la société pour le reste de sa vie. Fin de l’histoire. Mais bien sûr, si c’était aussi simple, je n’aurais pas passé quatre ans à écrire ce gros machin (je ne suis pas fou). Dans cette société naissante qui deviendra la nôtre, tout est trouble, tout est factice. Tout le monde truque, ment, triche. Sauf une femme, un point de lumière. Et ce qu’on savait se confirme : les pervers, les fous, les odieux, les monstres ne sont pas souvent ceux qu’on désigne. »

Beaucoup de gâchis dans les publications de la rentrée littéraire, et de déceptions. J’ai arrêté cette lecture, au bout de 120 pages tant elle m’a paru vaine, mal écrite. Un résumé sur le web, si on ne connait pas l’histoire du meurtre de Luc Taron fait tout aussi bien l’affaire et a plus de chance d’être bien rédigé. Les interventions du narrateur et ses considérations inadaptées sur sa santé et ses états d’âme, sur l’urgence de se  » couper les ongles des pieds » ! , et tout à l’avenant, sont répugnantes, vulgaires au regard de la tragédie du rapt et du meurtre de cet enfant.

Bon courage à ceux qui tenteront la lecture ! Pour ma part, j’attends tout autre chose de la littérature.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s