Un drame dans la rue de Rivoli , Louise Colet

511AQ6JoFNL._SX306_BO1,204,203,200_

Lu sur Kindle, 146 pages, 3€49, Collection XIX, 1857.

 

Louise Colet , de son vrai nom Louise Révoil de Servannes [1810-1876], est une poétesse, romancière, quatre fois distinguée par l’Académie française. Son salon de la rue Bréda attirait les célébrités du tout Paris. Elle est aussi connue pour sa liaison avec Flaubert, Alfred de Vigny, Musset, et le philosophe Victor Cousin. Elle a laissé une oeuvre importante bien que peu lue aujourd’hui.

C’est surtout par curiosité que j’avais envie d’aborder un de ses romans après la jolie découverte de Delphine de Girardin

Présentation de l’éditeur :

«  Paris, 1835. Le sergent Mallet, ancien soldat de l’an II, est concierge d’immeuble sous les arcades de la rue de Rivoli. Sa femme, une lointaine cousine, lui a donné une fille : Eudoxie, 19 ans.
Depuis deux ans, au sixième étage, vit un jeune poète allemand, idéaliste et généreux, Frederick Halsener. Mais, tandis qu’Eudoxie n’a d’yeux que pour lui, le jeune homme l’ignore courtoisement. Et, au hasard d’une promenade, s’éprend d’une inconnue, accompagnée de sa grand-mère.
La belle s’appelle Diane et – surprise – admire les vers de Frederick. À la mort de l’aïeule, ils deviennent amants et se jurent fidélité… alors que Diane, depuis cinq ans, est mariée contre son gré à un député que tous ses efforts ne lui ont pas rendu aimable.
Le couple se retrouve clandestinement chez Frederick pour préparer sa fuite. Mais un voisin apprend l’identité de Diane à Eudoxie. Qui, rageuse et jalouse, s’empresse de rédiger une lettre à l’époux cocufié. Le drame couve. Il sera terrible… et terriblement romantique. »

« Terriblement romantique » est bien le terme. Peut-être un peu trop d’ailleurs au point que je l’ai trouvé d’un romantisme échevelé tombant souvent dans le cliché. Tout est trop appuyé, et, personnellement j’ai eu beaucoup de mal à croire aux personnages . On est loin, très loin d’Atala ou René du père du Romantisme français, Chateaubriand. Mais je tenterai un autre roman, notamment Une Histoire de soldat , roman à clefs qui fit jaser tout Paris. J’aimerais y retrouver cette vie culture foisonnante du XIXe.

Le récit est, il faut le souligner, très bien écrit, dans cette belle langue du XIXe siècle.

On peut lire, gratuitement,  l’oeuvre de Louise Colet en pdf, sur Wikisource

Publicités

1 Comment

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s